© IStock

La fleur d'oranger, un patrimoine de Vallauris‑Golfe Juan

Reconnu pour ses poteries, Vallauris-Golfe Juan ne l’est pas moins pour sa fleur d’oranger… Vin d’orange, marmelade d’orange amères, eau de fleur d’oranger, de nombreux produits régionaux à base de fleur d’oranger sont à découvrir à Vallauris-Golfe Juan. Le bigaradier a en effet largement contribué à l’essor économique de la ville et ce dès la fin du XIXe siècle. Les producteurs locaux travaillent aujourd’hui exclusivement pour la Maison Chanel.

Un microclimat vallaurien pour un oranger pas comme les autres

Si la culture du Bigaradier, petit oranger de 3 à 10 mètres, est rapidement devenue le fleuron de l’économie vallaurienne dès la fin du XIXe siècle, c’est bien sûr grâce à l’expansion de l’industrie du parfum mais aussi et surtout grâce à un microclimat qui lui est particulièrement favorable. La cité des potiers compte d’ailleurs toujours, en son sein, une quarantaine de producteurs de fleur d’oranger.

Pour répondre à une demande toujours plus forte de Néroli, l’essence de fleur d’oranger, quatre cents bigaradiers ont été récemment réimplantés sur la propriété du Château Robert.

Le bigaradier a une particularité par rapport aux autres orangers : toutes ses parties sont exploitables et ses propriétés sont utilisées à des fins pharmaceutiques, alimentaires, parfumeries et cosmétiques. C’est pourquoi, cet oranger requiert des soins rigoureux. À Vallauris-Golfe Juan, le climat et le sol est parfaitement adapté à la culture de l’arbre.

Acceptant des températures assez fraîches jusqu’à -8°C, le microclimat azuréen lui permet d’atteindre sa longévité maximale de 600ans !

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nérolium (@nerolium_officiel)

Une qualité unique en France

La fleur d’oranger produite à Vallauris-Golfe Juan est unique en France.

La ville de Vallauris-Golfe Juan est la seule localité, avec la commune de Bar-sur-Loup, où la fleur est encore cultivée. Quelques producteurs, qui se sont accrochés à leurs racines, continuent de la produire selon un savoir-faire ancestral.

Alors si la récolte avoisine aujourd’hui les 15 tonnes contre 2467 en 1912, la précieuse petite fleur n’en demeure pas moins très demandée par les plus grands parfumeurs.

Partie intégrante de l’identité de Vallauris-Golfe Juan, chaque année une fête traditionnelle en son honneur est organisée au mois de mai à la période de la cueillette de la fleur. Cette fête champêtre propose défilés des cueilleurs de fleur en tenue d’époque, spectacles, déjeuner, bal, concours, démonstration…

Une date à ne pas manquer !

En savoir + sur la fête de la fleur d’oranger

Le Nérolium : une coopérative pour préserver le patrimoine local

La création de la coopérative agricole du Nérolium remonte à la fin du XIXème siècle. L’essor du parfum dans la ville de Grasse nécessite des matières premières plus nombreuses. Les premières véritables cultures florales se développe et notamment l’agrumiculture du bigaradier à Vallauris et à Bar-sur-Loup.

Toutefois, les industriels parfumeurs imposèrent leurs conditions aux propriétaires d’orangers bigaradiers. Ces derniers décidèrent alors de se regrouper dans un syndicat agricole afin de ne plus subir leur mainmise. Ce n’est qu’en 1904 que le syndicat décida de distiller lui-même les fleurs de bigaradier et d’adopter pour cela un statut coopératif. La coopérative existe toujours mais pour des questions de sécurité, la distillation est désormais confiée aux usines de la Maison Mul.

Aujourd’hui, il est possible de visiter l’écomusée de l’oranger bigaradier et de se réapprovisionner en produits régionaux à la boutique du Nérolium.

En savoir + sur le Nérolium

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nérolium (@nerolium_officiel)

Un partenariat exclusif avec la Maison Chanel

La Maison Chanel et la Côte d’Azur ont une relation particulière depuis le XIXème siècle, époque où Gabrielle Chanel, dite “Coco Chanel”, s’installa sur la Côte d’Azur.

Le Néroli produit avec les fleurs d’oranger de Vallauris-Golfe-Juan est entièrement revendu à la Maison Chanel. Le précieux “Nectar” entre en effet dans la composition de très grands parfums, comme le fameux Chanel N° 5.

En 2020, la Maison Chanel et la famille Mul, en partenariat depuis 1987; mettent en place un programme de plantation de 600 bigaradiers à Vallauris-Golfe Juan. En désirant passer de 5 tonnes de fleurs produites à 50 tonnes, le souhait est de relancer, pérenniser et sécuriser la filière « fleur d’oranger » ainsi que maîtriser la traçabilité des produits.

« PARIS-RIVIERA est une fragrance florale et lumineuse à l’image de l’esprit joyeux et ensoleillé de la Côte d’Azur des années 20. » Olivier Polge, le nez de Chanel

LA FLEUR D'ORANGER DE VALLAURIS-GOLFE JUAN
Titre de la vidéo manquant
Légende de la vidéo manquante

VOUS AIMEREZ AUSSI !
Nos suggestions