© CRT COTE D'AZUR FRANCE / Camille MOIRENC

Découverte du Musée national Fernand Léger à Biot

La Musée national Fernand Léger, consacré au célèbre artiste français du XXe siècle Fernand Léger, est en lui-même une œuvre d’art. Devenu Musée national en 1969, il a depuis été agrandi et place aujourd’hui la création contemporaine au centre de ses projets artistiques et culturels.

Un hommage à Fernand Léger

Peu avant sa mort, en 1955, le célèbre peintre Fernand Léger acquérait le Mas Saint André, une villa située sur un terrain horticole au pied du village de Biot. Il s’installa dans cette demeure pour s’adonner à la fabrication de ses céramiques, proche de Vallauris Golfe-Juan, ville phare des céramiques azuréenes.
À sa mort, sa veuve Nadia Léger et Georges Bauquier, son proche collaborateur, demandèrent la construction d’un musée en hommage au peintre et à ses œuvres. La conception du Musée national Fernand Léger fut ainsi confiée à l’architecte russe, André Svetchin, et le parc méditerranéen au paysagiste, Henri Fisch.

Inauguré en 1960 sous le patronage de Picasso, Braque et Chagall, le premier musée monographique de la région accueilla plus de 5000 invités.

En 1969 les deux fondateurs firent don du Musée Léger à l’État et devint alors musée national.

Portrait de Fernand Léger

Fernand Léger naît à Argentan en Normandie dans un milieu modeste. Son père est marchand de bœufs. Il est élevé par sa mère, car son père meurt lorsqu’il a 4 ans. Peu studieux, il est cependant bon dessinateur et rentre comme apprenti chez un architecte à Caen. Il s’installe à Paris en 1900. Refusé aux Beaux-Arts, il est admis aux Arts décoratifs, mais parallèlement il suit les cours de l’Académie Julian.

En 1907, il a un atelier à La Ruche et rencontre Robert Delaunay, Archipenko, Soutine, Chagall, Henri Laurens, Modigliani et Blaise Cendrars. Il découvre alors Cézanne qui va l’influencer. Le travail de Fernand Léger célèbre la machine et la ville moderne. Il transmet l’idée d’un monde industriel. Son rêve est de concilier l’avant-garde et un art populaire.

Il produit en effet ses premières œuvres cubistes dès 1909. La peinture cubiste de Fernand Léger est un travail de déconstruction du sujet et de la forme. Le critique d’art Louis Vauxelles le qualifie de tubiste tant
ses formes semblent empruntées à des éléments mécaniques. Il peint des personnages qui ressemble à des robots. Avec un sens de la couleur très prononcé, différent de la peinture de Picasso et de Braque. Sa peinture est proche de l’abstraction par moments. Il ajoutera plus tard la notion de contrastes de formes, de lignes et de couleurs qui sera la clé de voûte de tout son travail afin d’affirmer le dynamisme de la vie moderne.

« J’ai voulu marquer un retour à la simplicité par un art direct, compréhensible par tous, sans subtilité. » Fernand Léger

Une œuvre d’art à ciel ouvert

Si le musée renferme l’œuvre du peintre, le bâtiment est à lui seul une œuvre d’art à ciel ouvert.

Dans sa première version, l’édifice intégrait déjà en façade une immense mosaïque prévue par Léger pour la décoration du stade d’Hanovre, mais jamais réalisée.

Lors de son agrandissement en 1987, confiée au Ministère de la culture avec l’aide de l’architecte Bernard Schoebel, une mosaïque et deux grands vitraux ont été commandés à l’artiste Heidi Melano et au maître verrier Jacques Loire pour agrémenter l’extension.

Ce qui vaut aujourd’hui au musée d’être labellisé “Architecture contemporaine remarquable du XXe siècle”.

Les travaux de rénovation de 2004, gouvernés par l’architecte Marc Barani, permet à la collection permanente d’être observée d’une meilleure manière et de façon chronologique.

Toute une carrière dans une collection

La collection présentée au Musée national Fernand Léger rassemble près de 350 œuvres de l’artiste couvrant l’intégralité de sa carrière, depuis ses débuts néo-impressionnistes jusqu’à ses grandes compositions des années 1950.

Le musée conserve ainsi un nombre important d’œuvres d’art graphiques telles que des maquettes pour des projets monumentaux, des œuvres autonomes, mais encore des livres d’artiste à découvrir dans des expositions temporaires, lors de visites guidées, ainsi que des œuvres décoratives, des peintures et des céramiques.

Un des trois musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes

Le Musée de Fernand Léger, tout comme les deux autres musées Marc Chagall à Nice et “Pablo Picasso, La Guerre et la Paix” à Vallauris, est un musée national du XXe siècle des Alpes-Maritimes.

Les trois musées sont un ensemble exceptionnel d’œuvres permettant de découvrir trois artistes majeurs du siècle antérieur. Musées à vocation monographique, ils proposent des espaces privilégiés de contemplation et de connaissance des œuvres pour ravir chaque visiteur.

Ils ont chacun choisi, depuis les années 2000, d’inscrire la création contemporaine au cœur de leurs programmes culturels respectifs.

Ils travaillent ainsi sur des points de rencontre et de prolongement entre ces trois artistes avant-gardistes et les artistes du XXIe siècle et proposent régulièrement des expositions d’artistes reconnus sur la scène contemporaine internationale.

Pour en savoir plus

10 choses à savoir sur Fernand Léger
Titre de la vidéo manquant
Légende de la vidéo manquante

VOUS AIMEREZ AUSSI !
Nos suggestions