Voir les photos (4)

Polisset Martine - Céramiste - Scupteur

Commerces, Métiers d’art, Sculpteur, Céramiste à Biot

  • Ses sculptures sont des pièces uniques, creuses, cuites deux fois, faites à la main en passant par les différentes étapes de la technique du colombin.

  • Les premières matrices étaient présentes en 2007 et 2008 lors d’une exposition personnelle de Martine Polisset au Musée d’Histoire de Céramiques Biotoises. Elles ont été peaufinées depuis, par un jeu de spirales intérieures, en relief, coloré et brillant qui contraste avec la terre noire utilisée pour la fabrication. Les matrices ont une forme de cocon ou de chrysalide: une forme protectrice abandonnée après un envol ou une métamorphose et leurs spirales attirent le regard: ces matrices...
    Les premières matrices étaient présentes en 2007 et 2008 lors d’une exposition personnelle de Martine Polisset au Musée d’Histoire de Céramiques Biotoises. Elles ont été peaufinées depuis, par un jeu de spirales intérieures, en relief, coloré et brillant qui contraste avec la terre noire utilisée pour la fabrication. Les matrices ont une forme de cocon ou de chrysalide: une forme protectrice abandonnée après un envol ou une métamorphose et leurs spirales attirent le regard: ces matrices sont-elles vides ou non ?
    Pour ses nouvelles pièces Martine Polisset reste fidèle à la technique du colombin et continue à scruter les objets et les graines trouvées ou observées dans la nature. Cannelées, fuselées, plissées ou élancées, de nouvelles formes plus complexes apparaissent: noires, brunes, blanc éclatant ou marbrées.
    Les haches polies néolithiques sont une source d’inspiration pour certaines œuvres mais leur taille et leur couleur leurs donnent une présence propre et indépendante. Il en est de même pour la fuselée, pièce d’un beau volume de couleur changeante du brun au noir de sa base à son extrémité, et qui s’impose par son équilibre.
    Les plissées sont réalisées en 2013: une forme lisse restée en attente dans l’atelier, retrouvée, devient le noyau d’une nouvelle création. Elles se couvrent de godrons et se transforment pour faire naître les plissées, dont certaines sont inspirées par la forme de Vajra et de Bodhicitta (objets rituels des cérémonies bouddhistes).
    L’étoilée, bien que rappelant une graine de badiane, reste pour sa part étrange, comme venue d’un lieu inconnu, quelque peu inquiétant et mystérieux.
    Tous ces objets trouvés, repérés, constituent des points de départ pour de nouveaux travaux. Une observation très précise de la matière, minutieusement travaillée et confirmée par le feu, donne naissance à des sculptures en céramique élégantes, silencieuses et singulières.
    –Brigitte Hedel-Samson

    C’est dans une cave à four de boulanger du XIVème siècle qu’elle installe son atelier au cœur du vieux village de Biot dans les Alpes Maritimes, où elle vit et travaille. Ses sculptures sont des pièces uniques, creuses, cuites deux fois, faites à la main en passant par les différentes étapes de la technique du colombin.

    1970, Installation à Biot, elle commence ses premières sculptures en terre ou elle exprime sa passion pour le monde naturel.

    1968, Initiation aux décors peint émaillés chez un céramiste à Saint Maur.

    1965–1968, École des Métiers d’Art à Paris dans la section céramique.

    1963–1965, École Met de Penninghen à Paris où elle étudie le dessin et les arts plastiques.
  • Langues parlées

    • Français
Ouvertures

Périodes d'ouverture

  • Toute l'année
    Ouvert Tous les jours
    * Atelier ouvert uniquement sur rendez - vous
Nos suggestions