© yoh4nn/Istock

PRENEZ PLACE AU SOMMET DU ROCHER DE ROQUEBRUNE‑SUR‑ARGENS

Avec sa pierre de grès rouge, le Rocher de Roquebrune est un incontournable de la vallée de l’Argens. Culminant à 376 mètres d’altitude, entre les massifs des Maures et de l’Esterel, le site est classé d’intérêt national depuis 1989. Et il a été intégré au réseau Natura 2000, qui rassemble les sites naturels de l’Union européenne ayant une grande valeur patrimoniale, par leur faune et leur flore exceptionnelles.

Un univers de contes
et légendes

Contes et légendes ont écrit l’histoire du Rocher de Roquebrune-sur-Argens. Dans les temps anciens, on raconte que des jeunes filles étaient notamment sacrifiées à la colère de la montagne sacrée. Ces temples païens ont été détruits par les premiers chrétiens et remplacés par des oratoires. Une fois les sorciers et sacrificateurs pourchassés, une version chrétienne de la légende du Saint Trou est instaurée. Une jeune fille du nom de Marie se serait réfugiée à la Roquette au début du christianisme pour y mener une existence angélique, mais qu’elle se trouve bientôt aux prises avec un chasseur appelé Robert. Pour échapper à son poursuivant, elle se précipita dans les failles du Rocher et ne doit son salut qu’à l’intervention divine qui, en provoquant un éboulement, lui permet de se sauver par un étroit tunnel que Robert ne peut franchir. Et jusqu’à une date assez récente, le 1er mai était l’occasion pour les Muyois et les Roquebrunois de se retrouver à la Roquette pour passer le Saint-Trou. On disait alors que “seules les personnes vertueuses pouvaient passer le Saint-Trou » … Les plus curieux peuvent d’ailleurs s’essayer à traverser la faille, située tout à côté des ruines de St-Jean.

Des Saintes Croix majestueuses

Une autre légende raconte que lorsque le Christ a expiré, le Rocher s’est déchiré, ouvrant trois failles, trois plaies répondant aux trois croix du Calvaire… Au Moyen-Âge, les croyants allaient ainsi en pèlerinage dresser ces croix au sommet du Rocher pour rappeler cet événement. Au début des années 1990, l’artiste Muyois Bernar Venet décide de signer ce paysage mystique en sculptant trois croix. Il s’inspire pour cela de célèbres “crucifixions” peintes aux XIVe, XVe et XVIe siècles, chefs-d’œuvre de Giotto, Grunewald et le Greco. Ces œuvres majestueuses dominent désormais la plaine de l’Argens au sommet du Rocher et se méritent après une randonnée de 2h30 (environ 350 mètres de dénivelé sur 6 km). Attention, le niveau est difficile car il y a quelques parties escarpées qu’il faudra grimper, mais le paysage entre garrigue et forêt et le panorama exceptionnel valent bien tous ces efforts !

L’Argens, un fleuve préservé aux pieds des falaises

Le fleuve de l’Argens est l’un des plus beaux sites sauvages de la Côte d’Azur ! Végétation verdoyante, eaux calmes, collines et falaises offrent un théâtre fabuleux aux balades sur l’eau. Petits et grands peuvent naviguer jusqu’aux falaises rouges du Rocher. Que ce soit en canoë, kayak ou paddle, avec évidemment un arrêt baignade obligatoire, l’environnement est propice aux sensations !

Depuis la Base du Rocher, il existe six parcours. Au final, les quarante derniers kilomètres de la basse vallée de l’Argens sont à découvrir ! Et les plus curieux pourront s’amuser à chercher entre les feuilles un guêpier, un martin-pêcheur ou une tortue cistude sans oublier la multitude de poissons : sandres, carpes, mulets barbeaux, tanches… À noter que les plus sportifs peuvent également y louer des VTT à assistance électrique ou classique pour arpenter les sentiers du massif.

Roquebrune, cité médiévale

Avec ses 28 km de long et ses 6 km de large, Roquebrune-sur-Argens s’étale sur plus de 10.600 hectares. Ce petit village médiéval, perché au-dessus des plaines de l’Argens, abrite une détonante diversité de paysages. Formé par trois quartiers, Roquebrune-sur-Argens s’offre aux visiteurs sous autant de visages contrastés, prétextes à une découverte des teintes de Provence : verte comme les collines de La Bouverie, ocre comme les façades du vieux village et bleue comme la Méditerranée et les plages des Issambres. Le tout, souligné par un environnement fait de nuances variant du rouge clair au brun foncé, comme la roche qui compose ses sols et ses reliefs. Car, comme son nom l’indique, Roquebrune-sur-Argens tire son nom de ses roches brunes. Découvrez l’histoire de cette surprenante cité millénaire : son Castrum, ses pittoresques maisons à arcades ou encore son élégant beffroi.

Rocher de Roquebrune-sur-Argens
Titre de la vidéo manquant
Légende de la vidéo manquante

VOUS AIMEREZ AUSSI !
Nos suggestions