© Pascal Tournaire

L'homme qui dessinait la Côte d'Azur

Architecte paysagiste, poète des jardins, Jean Mus est avant tout un maralpin amoureux qui compose des images du Sud à sentir et admirer. Génie créatif, il fait vibrer le patrimoine végétal de la Côte d’Azur. Nous vous invitons à découvrir son portrait #CotedAzurFrance !

POURQUOI LA CÔTE D’AZUR EST-ELLE SI VERTE ?

C’est l’humeur extraordinaire d’aqui, tout en douceur, en musique qui la rend verte et vertueuse. La cuisine généreuse qui crépite, la mer qui chante, le vent qui souffle. Le tout dans une recherche d’excellence, mais très simplement. L’homme est intuitivement tourné vers le partage avec la nature. Les anglais notamment, qui sont venus fleurir intelligemment notre arc méditerranéen, ont eu ce sens de l’adaptation, cette attention aux plantes, pour créer un tout harmonieux. Reste cette attention au bonheur plus qu’au beau, ce métissage exceptionnel qui fait que nous avons les plus beaux parcs du monde.

COMMENT DÉFINIR UN JARDIN MÉDITERRANÉEN ?

Par son caractère multiculturel. Ce que raconte le végétal ici, ce sont des histoires vieilles de 100 ans, parfumées de passages et de rencontres. Aux gens du Comté de Nice qui était au départ très pauvre, aux couleurs de peau, au tempérament et aux mots qui sont les nôtres, à notre douceur d’âme, les visiteurs des 4 coins du monde sont venus ajouter l’exotisme, l’effervescence, la noblesse. La Provence orientale est un métissage de plantes comme de reliefs. Ainsi les vrais jardins sont le Mercantour, continental; Monaco, tropical; le Pays de Grasse aux airs toscans; l’Estérel, vraie campagne romaine…

OÙ SE PROMÈNE LE COEUR DE JEAN MUS ?

Dans l’arrière-pays, c’est la source des vérités. Quand je me promène là-haut, je raconte l’histoire de mon territoire au travers de rencontres avec les oiseaux, les champignons, les panoramas et parfums. La douceur de notre climat nous fait aimer la vie, nous donne la possibilité d’apprendre à protéger cette extraordinaire diversité qui nous entoure. Les villages, les communautés cultivent le respect de ce patrimoine vert par les collines, vieilles pierres et oliveraies. C’est dans ce vivre ensemble, cette rencontre du soleil et de la lune, que l’on comprend l’essentiel : la terre est un jardin qu’il faut savoir honorer et défendre.